SEARCH AND PRESS ENTER
Constantin Andreou

Constantin Andreou

Greek
1917 - 2007

Biographie

Constantin Andreou est né à São Paulo, au Brésil, en 1917. En 1925, il est venu en Grèce avec sa famille. Il était intéressé par l'art depuis son enfance et, depuis 1932, il a commencé à sculpter. Alors que son véritable désir était d'étudier à l'École des Beaux-Arts à Athènes, il a commencé à travailler dans un magasin de meubles pour gagner sa vie. En 1934, il a étudié la conception de meubles à l’École Artisanale du soir d'Athènes et se rendait fréquemment au Musée Archéologique étudiant les sculptures grecques antiques. En 1940, il a commencé à travailler à l'atelier du peintre Nikos Nikolaou. En 1945, grâce à une bourse du gouvernement français, il s'est installé à Paris et a étudié à l'École des Arts Décoratifs. L'année suivante, il a tenu sa première exposition personnelle à l'intérieur de l'université. En 1947, il s'est inscrit à l'École des Beaux-Arts de Paris pour une courte période. Il a ensuite travaillé pour l'architecte Le Corbusier dans la fabrication de maquettes et d'études sur des formes architecturales. Ce processus lui a permis de mieux comprendre la relation entre l'architecture et la sculpture, ainsi que la fonction des couleurs dans l'espace. Durant cette période, il a commencé à abandonner le réalisme dans son travail sculptural, ainsi que l'exploitation du marbre et de la pierre, et a adopté l'usage du laiton. Il a également découvert la technique de soudage qui lui a permis de concevoir son propre langage sculptural et de faire de lui-même un pionnier du genre inventant sans cesse des formes inattendues et expressionnistes aux extensions surréalistes. En 1956, il a développé sa propre technique et a introduit le vide, le mouvement et le fractionnement des formes dans ses œuvres. Dans des œuvres comme Le Portrait de Martine, 1956, et la série Sirènes, 1956, les formes et les couleurs sont confrontées, unies ou séparées par le mouvement des courbes, des angles et des projections. Depuis 1958, son implication avec le thème de l'Œil l’a conduit à de nouvelles transformations et à la création d'œuvres faisant office de symboles d'intuition. Parallèlement, il a créé une impressionnante série de reliefs colorés inspirés du Soleil. En 1961, il a réalisé ses premières gravures, beaucoup d'entre elles en relief. En 1967, il a acheté une maison à La Ville-du-Bois. La même année, il a présenté la nouvelle série de sculptures intitulée Aérostatiques, qui étaient sous des formes perméables, des volumes sans profondeur et a mis au point des ordres géométriques. Il a mis en lumière la matière en relation avec l'espace et a associé la lumière à la couleur, tant dans ses sculptures que dans ses reliefs colorés. Ses peintures se distinguent par leurs traits impressionnistes, leurs combinaisons de couleurs explosives et le rendu cubiste de l'espace. Le sujet de préoccupation tout au long de sa carrière était l'existence humaine. Cela est évident dans des projets tels que l’Humain Disparu, 1975, où il a décrit les aspects tragiques de l’être humain, l’élément dominant étant la déformation, ainsi que la personnalité féminine dont les éléments lyriques, poétiques et sensuels ont été analysés par lui-même dans toutes leurs dimensions, soit sculpturalement ou en termes de peinture. Les phénomènes de la nature, l’univers, la posture et les mouvements des animaux, le temps et la succession des saisons représentaient également d’autres sources d’inspiration pour lui. En 1982, il a été nommé président du Salon d’Automne pour la sculpture et, en 1988, il a reçu le Grand Prix d’Antoine Pevsner pour son œuvre Œuf-Famille. En 2001, il a été proclamé Chevalier de la Légion d'honneur par l'État français et, en 2003, il a créé une trentaine d'œuvres de sculpture, de peinture et de gravure pour la bibliothèque de la municipalité de Ville-du-Bois. La même année, il est revenu en Grèce et, en 2004, il a fondé la Fondation Costas Andreou. En 2005, il a reçu la distinction de Chevalier de l'ordre des arts et des lettres de l'État français. Il est mort à Athènes en 2007. Au cours de sa vie, il a organisé 80 expositions personnelles et 150 expositions collectives en France, en Grèce, au Brésil, aux États-Unis, au Canada, au Japon et ailleurs dans le monde et a conçu des décors et des costumes pour des spectacles de théâtre et d'opéra dans différentes villes en France. Certains des événements internationaux auxquels il a participé ont été le Salon d'Automne (1949, 1951, 1983, 1984, 1985, 1988), la Biennale d'Anvers (1953), la Biennale de Venise (1966), l'Exposition internationale de sculpture contemporaine au Musée Rodin (1956, 1958, 1961), la Biennale de Gravure de Ljubljana (1963) et la Biennale de Padoue (1975). Ses expositions rétrospectives ont été organisées, entre autres, à Saint Jeoire-en-Faucigny (1959), au Musée des Beaux-Arts (1971) à Le Havre, à la Galerie Municipale d'Athènes (1998) et à la Fondation Teloglion des Beaux-Arts de l'Université Aristote de Thessalonique (2004).