SEARCH AND PRESS ENTER
Constantin Xenakis

Constantin Xenakis

Greek / French
1931 -

Biographie

Constantin Xenakis est né au Caire en 1931. En 1946, étudiant au département de commerce de l'école Ampeteios du Caire, il s’est consacré au sport et à la peinture. Son contact avec les cultures égyptiennes, grecques et arabes a joué un rôle décisif dans sa carrière. En 1953, il a commencé à suivre des cours de peinture par correspondance avec l'école ABC en France et, en 1955, il a déménagé à Paris où il a étudié au département d'architecture et de décoration intérieure de l'École Supérieure des Arts Modernes. En 1957, il a été admis à l'École des Beaux-Arts de Paris, qu'il a quitté peu de temps après pour poursuivre ses études à l'Académie de la Grande Chaumière et à Notre-Dame des Champs de Paris auprès de H. Goetz. En 1958, il a créé des peintures d’expressionnisme abstrait et, depuis 1960, il est passé à la tendance de l'abstraction lyrique, mettant l'accent sur l'intériorité des couleurs. Il a ensuite enrichi sa pratique avec l'abstraction géométrique et des caractéristiques de répétition tout en adoptant une logique constructive et des valeurs cinétiques mécaniques non seulement limitées à des surfaces bidimensionnelles, mais également des environnements et événements produits qui organisaient l'espace en utilisant des objets trouvés combinés à des éléments sculpturaux et picturaux et à des objets électromagnétiques. À travers ses créations ultérieures, des liens entre l’art, la science et la technologie ont émergé, encourageant l'implication expérimentale du spectateur. En 1963, il a participé au pavillon français à la Biennale de Paris et, en 1967, à l'exposition collective internationale Superlund organisée par Pierre Restany au Konsthall à Lund, en Suède. Il a également participé à l'exposition Lumiere et Mouvement au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris. En 1968, il est devenu membre du comité administratif du Salon de mai à Paris et a participé à l'exposition internationale collective Expansions et Environnements: Le décor quotidien de la vie en 1968 au Musée Galliera à Paris. En 1969, il est devenu membre du comité fondateur et du jury des juges pour le prix de peinture Vitry-sur-Seine. La même année, il a organisé l'événement EK-STASIS avec des sculptures électro-cinétiques, de la musique électro-acoustique et avec la participation de mimes comme un ensemble en constante évolution qui abordait tous les sens. En 1970, il a reçu une bourse du programme d’art DAAD à Berlin et a exposé des cônes de signalisation et une installation spatiale au Musée de Malmö en Suède. Un an plus tard, il a exposé pour la première fois des cônes enflammés à l'Institut Goethe d'Athènes dans un événement remarquable pour son époque qui visait à éveiller et, par extension, à rendre les artistes expressivement indépendants. Pendant la même période, il a enseigné au Schiller College de Berlin et, depuis 1972, il s'est consacré à la création de son propre langage expressif à l'aide de signes-signaux et de codes de communication, comme dans ses œuvres Trouble de sens de la vue et Asphyxia III. Il a ensuite combiné des figures humaines stylisées, des thèmes de la circulation routière, des lettres de divers alphabets avec des éléments géométriques et a produit des compositions qui se distinguent par leur caractère poétique et mystique, ainsi que par leur organisation logique. L'expérimentation et l’incorporation d'éléments de différentes cultures dans ses œuvres sont alimentées par un besoin profond de communiquer et de formuler un vocabulaire visuel universel. En 1973, il a enseigné à l'École Normale Supérieure de l'Enseignement Technique à Cachan, en France. En 1980, il a reçu une bourse de recherche du ministère français de la Culture et, la même année, il a participé à l'exposition Cartes et figures de la terre au Centre Pompidou. Depuis lors, l'utilisation de codes dans ses œuvres a augmenté, l'accent étant mis sur les valeurs de couleur, les idéogrammes et les types à traits elliptiques, comme dans son ouvrage Codhommes, 1983. En 1986, il a été conféré la distinction de Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres par l'État français. Deux ans plus tard, il a participé aux Olympiades des arts à Séoul où il a reçu une distinction honorifique. En 1990, il a commencé à exposer la série Le Livre de la Vie (1995, 1997, 2003), où il a résumé son esprit inquiet et toutes ses activités. La même année, le film Constantin Xenakis : Présence du signe, produit par ACM Film, a commencé à être tourné. En 1995, sa monographie a été publiée par les éditions Parousia et, en 1996, il a reçu le prix Delmas de l'Institut français. De grandes expositions rétrospectives ont été organisées au Musée des Beaux-Arts d’Alexandrie (1996), au Hanager Arts Center (1997) au Caire, au Musée National d’Art Contemporain (2003) à Thessalonique et à la galerie municipale d’art de Chania (2009). Il habite à Paris et à Athènes.